Des résolutions en sucre

Laisser un commentaire
Divers / Humeur / Moi / Santé

Je crois me souvenir vous avoir promis un billet par jour, il y a peu, non ?

Alors, certes, il y a les « doodle-dessins », mais ça ne compte pas vraiment. Et puis, même avec eux, je me suis banané. Je viens de me rendre compte que je m’étais mélangé les pinceaux dans les dates. Tout ça pour faire de la place à la critique de Zombie Kebab. Bref, c’est le bordel. Mais j’ai un semblant d’ombre de tranche de particule d’excuse…

Alors, faut pas exagérer. J’ai pris un petit coup de froid. Il faut dire qu’ici la météo s’amuse follement. Comme vous le savez ne pas ignorer n’être pas sans le savoir, la théorie du chaos est appliquée dans les prévisions météorologiques. Oui, celle-là même que Jeff Goldblum défendait dans son costume de geek protogoth dans un documentaire sur les dinosaures.

Ben là, question chaos, on est servi. Le ciel est capable de passer du plein soleil d’été à un déluge torrentiel digne d’un récit biblique, et les températures font un grand écart d’une dizaine de degrés au moins, et tout ça plus vite qu’un premier ministre dégaine le 49.3 quand y’a pas de frites à la cantine du ministère et qu’il en voulait.

Bref, moi, petite nature en ce moment (le moral influe pas mal sur le physique, hein), je n’ai pas bien réagi au yo-yo climatique. J’étais sur les genoux toute la journée d’hier. Je me suis réveillé plusieurs fois avec une migraine d’éléphant et la nuque comme un tube d’écoulement : coudé et rouillé. J’ai fini par me lever vers 5 heures pour prendre un cachet, que j’ai failli rendre immédiatement, impulsif que je suis. Je me suis recouché une heure et demie après et je n’ai émergé que passé 10 heures, à peu près dans le même état.

Là, ça va un peu mieux. J’ai froid, je snifflemouche façon fontaine baroque, le mal de crâne rôde comme un commercial autour d’un smicard et je suis mou comme un socialiste. Bref, le swag, mais horizontal.

Et, maintenant, je me rends compte, c’est fou comme ça vient tout seul de vous tapoter tout ça. Le seul inconvénient : je suis quasiment sûr que 90 % d’entre vous se fichent totalement de mes déboires de santé. Et je ne vous en blâmerai pas. N’empêche, pour aujourd’hui j’ai atteint mon objectif. Je vais tout de même tâcher de ne pas vous tenir la jambe de cette façon tous les jours, quand même…

rien_compris

Laisser un commentaire