Invasions barbares

Le 18 avril 1963, à 17h32, Marie Poullin, 10 ans 1/2, sauva la planète d’une terrible invasion extra-terrestre, dans les environs de Maison-Alfort, en région parisienne. L’avant-garde de la flotte belligérante s’était posée en éclaireur dans les faubourgs afin de juger des forces de résistance terriennes et d’en avertir le haut commandement. Les cinq membres d’équipage surentraînés et capables de survivre dans les pires environnements furent en un instant écrasés par la roue avant du vélo de Marie.

À bord du Planet Crusher, un vaisseau amiral de plus de 2 centimètres de long, le haut commandement de la flotte ennemie ne manqua pas une miette du désastre. À la vue des données transmises puis brusquement interrompues, l’amiral en charge de l’assaut décida courageusement d’annuler tout projet offensif et quitta l’orbite terrestre pour rentrer chez lui.

Cette race n’en resta pas là. Le 22 juin 1972, elle revint avec une flotte très supérieure en nombre, les cales pleines d’armes neurotoxiques.

Fin stratège, le commandant de la flotte avait choisi de commencer son attaque dans un petit village des environs de Villa Corzo, au Mexique, supposant que les défenses terriennes y seraient moins importantes.
On ignore si son plan audacieux avait une chance d’aboutir car, durant la manœuvre d’approche, la flotte fut entièrement gobée par un vol d’étourneaux.

L’amiral avait encore une fois oublié que la préparation d’une attaque commence toujours par une bonne reconnaissance du terrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.