76 – Incipit

Fammke Utrichk vécue de 1879 à 1945. Journaliste, elle écrivit en dilettante de petites nouvelles à l’eau de rose qui furent édités et imprimés en recueils au format poche.

La mise en page fit que chaque première lettre de chaque ligne formait une longue phrase clairement lisible qui décrivait la volonté d’une sorte de pensée globale et se terminait dans les dernières pages du dernier recueil par : « (…) et le sens de la Vie est donc naturellement de (…)».

Malheureusement Fammke disparue lors de la déportation de toute sa famille et son œuvre resta inachevée. La phrase elle-même disparue, la première édition brûlée durant l’autodafé et les rééditions bénéficiant d’une mise en page différente bouleversant complètement l’agencement des paragraphes.

Il est curieux de noter d’ailleurs que la traduction en norvégien de ces nouvelles donna le même phénomène mais on se contentera alors de la recette des harengs marinés au yaourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.