Phéromones

Le 15 juillet 2007, Marcel D., cadre dans les assurances, célibataire endurci à cause de ses yeux chafouins et de sa mauvaise haleine, prenait le RER A direction la Défense.

Il ignorait, et ignore encore que c’était son jour de chance. En effet, s’il avait abordé n’importe laquelle des passagères de son wagon ce jour-là, elle aurait été immédiatement d’accord pour coucher avec lui le soir même.

On suppose que ce phénomène rarissime est dû au mélange des phéromones de monsieur D. et des différents solvants utilisés pour la maintenance des banquettes. De plus, les passagères du wagon étaient toutes exceptionnellement jolies et ouvertes d’esprit.

Malheureusement, Marcel D. était trop mal dans sa peau pour imaginer de parler à une inconnue. Il laissa passer une chance qui avait une probabilité inférieure à 0,00001% de se reproduire.

On notera au passage que si une telle opportunité se présentait à nouveau, Marcel D. aurait 100% de chance de passer à côté une seconde fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.